Fiche technique de la publication Facebook

Cette « fiche technique » reprend les catégories proposées par Marie-Anne Paveau (2013) dans le Dictionnaire d’analyse du discours numérique pour l’entrée « Tweet ». Il me semble que reprendre les mêmes critères de définition permettra une meilleure comparaison et différenciation des deux formes et peut-être également une compréhension plus fine de leurs environnements numériques d’origine.

J’espère également que cette description permettra de revenir plus tard sur les liens qui unissent ces deux RSN. Les possibilités de publications simultanées dans les deux environnements sont de plus en plus exploitées par les utilisateurs et, étant donné les différences notables entre la publication Facebook et le tweet, elles restent des sources d’interrogations.

 

1. Définition

Le terme « publication » sur le web désigne l’action de mettre un contenu en ligne en le rendant accessible aux internautes. Il est possible de mettre des contenus en ligne, sur les sites de stockage et les cloud notamment (comme Dropbox), tout en les rendant pas ou peu accessibles. Dans ce cas on ne parle pas de publication, celle-ci renvoyant à une certaine exposition.

 

publication-fb

Illustration : Publication Facebook (capturé le 20/07/2015)

 

Sur Facebook, le terme « publication » désigne les contenus proposés sur le site par ses membres. Les publications apparaissent sur les journeaux des locuteurs depuis lesquels elles sont rédigées. Elles apparaissent également sur le fil d’actualité. En fonction des paramètres de confidentialité qui leur sont attribuées, elles seront vues par le rédacteur uniquement, tout ou partie des membres de sa liste d’amis, tout ou partie des membres de son réseau ou l’intégralité des membres du site.

Elles sont reconnaissables et balisées par un agencement sémiotique particulier, comme on peut le voir dans l’illustration. Quel que soit l’espace depuis lequel une publication est consultée, elle apparait toujours dans un rectangle comportant une partie supérieure sur fond blanc et une partie inférieure sur fond gris.

Les « publications Facebook » sont des éléments plurisémiotiques qui peuvent contenir des données fortement multimodales. Elles dépendent entièrement de leur environnement numérique d’apparition, c’est pourquoi je préfère ajouter « Facebook » au terme « publication » pour les désigner. Elles sont composées des éléments suivants :

  • photo de profil du compte « publiant » ;
  • pseudonyme du compte « publiant » ;
  • pseudonyme du compte sur le journal duquel la publication a été rédigée ;
  • date, heure et degrès de confidentialité de la publication[1];
  • texte de la publication rédigé sur le site ;
  • élément partagé dans la publication (texte/ autre publication / lien/image(s)/vidéo) ;
  • liste des actions possibles sous la forme de technomots et d’icônes ;
  • liste des likeurs de la publication ;
  • nombre de partages de la publication ;
  • commentaires de la publication suivis de leurs réponses (lorsque leur nombre est trop important il est indiqué par une forme cliquable qui permet de rendre visible l’ensemble des commentaires) ;
  • fenêtre de commentaire.

 

2. Typologie des publications

Il existe plusieurs types de publications Facebook, elles sont différenciées par le site dans certains cas seulement. Les termes « statut » et « partage » renvoient à des types de publications spécifiques mises en valeur sur Facebook qui leur attribue un nom. Les autres types de publications sont indifférenciées dans le vocabulaire du site.

 

Publications de statuts

statut-fb

Illustration : Le statut Facebook (capturé le 15/05/2015)

Le statut Facebook est une publication qui peut contenir du texte, des photos, des vidéos ou un lien hypertextuel. Cette publication peut être rédigée depuis le journal ou directement sur le fil d’actualité, dans un emplacement réservé en haut de page, comme on le voit dans l’illustration. Dans les versions plus anciennes de Facebook, le statut était systématiquement précédé du pseudonyme de l’utilisateur-rédacteur. Cette insertion automatique est à l’origine d’une figure de style propre à Facebook qui est la rédaction à la troisième personne sans pronom sujet du type : « a mangé une pomme ».

Publications partagées

Une publication est un « partage » si elle est générée à partir du bouton ou du mot consigne « partager ». La phrase « pseudo1 a partagé la (vidéo/photo/publication) de pseudo2 » est alors ajoutée par le site après la photo de profil du publiant.

partage-fb

Illustration : Le partage Facebook (capturé le 15/05/2015)

On le voit dans l’exemple ci-dessus, une publication partagée peut inclure un énoncé rédigé par l’utilisateur publiant, mais ce n’est pas obligatoire.

Publications automatiques

Certaines actions des utilisateurs sur le site génèrent des publications. C’est le cas par exemple de la modification des photos de profil et de couverture.

modif-profil

Illustration : Modification de la photo de profil  (capturé le 15/05/2015)

C’est le cas ici, l’utilisateur a modifié sa photo de profil ce qui a généré une publication sur son journal et sur le fil d’actualité (le sien et celui de ses amis en fonction des paramètres de conf. Facebook décrit l’action effectuée par une phrase qui suit le pseudonyme.

3.Formes langagières et technolangagières

On le voit dans les exemples précédents, les publications Facebook peuvent contenir du langagier et du technolangagier.

Le contenu strictement langagier peut être produit par les utilisateurs publiants (dans le corps de la publication), les utilisateurs commentant (dans les commentaires) ou le site (descriptions). Il peut s’agir d’énoncés ou d’émoticônes.

Le contenu technolangagier peut prendre plusieurs formes :

  • les pseudonymes qui sont toujours des formes cliquables sur Facebook ;
  • les mots consignes et les icônes rattachées ;
  • les symboles qui ne sont pas cliquables mais permettent l’ouverture d’une fenêtre explicative si le curseur de la souris est placé dessus ;
  • les hashtags qui peuvent être intégrés aux énoncés ;
  • les liens.

Comme Marie-Anne Paveau (2013) le décrit pour les tweets, ces formes peuvent être imbriquées de façon complexe dans une même publication.

4.Typologie technoscripturale

La publication Facebook contient plusieurs espaces d’écriture que l’on voit apparaitre dans les illustrations 8, 9, 10 et 11. Cette pluralité demande aux utilisateurs une certaine maîtrise de l’outil tout en améliorant la lisibilité de l’ensemble.

Le message principal

Il s’agit du corps de la publication, il permet de personnaliser la publication. Il est modifiable par son rédacteur uniquement. Le message principal d’une publication est toujours visible, même dans les formes réduites qui peuvent apparaître sur le fil d’actualité.

Le commentaire

Le commentaire est rédigé à partir de la fenêtre de commentaire disponible en bas de la publication et se rattache obligatoirement à une publication. Il n’est pas indépendant et peut être rédigé par tous les membres du site ayant accès à la publication. Un commentaire peut être supprimé par le locuteur « publiant » mais seul son auteur peut en modifier le contenu.

Les commentaires sont toujours précédés de la photo de profil et du pseudonyme de leur rédacteur. Il est possible de poster des images, des vidéos ou des liens en commentaire. Il est également possible de liker un commentaire.

La réponse

La réponse est rédigée à partir de la fenêtre de réponse disponible à partir du mot-consigne « répondre » proposé en dessous de chaque commentaire. La réponse est apparue récemment sur Facebook et permet de créer des fils de discussion distincts pour chaque commentaire d’une publication. Tous les locuteurs qui peuvent commenter une publication peuvent également répondre aux commentaires. Cette fonctionnalité demande une bonne connaissance de la plateforme à cause de sa nouveauté et du fait que les réponses sont toutes rattachées au commentaire dont elles dépendent.

reponses

Illustration : Réponses  (capturé le 15/05/2015)

Ici on voit que les réponses sont raccourcies et demandent de cliquer sur les énoncés « voir les réponses précédentes » et « voir plus de réponses » pour être affichées en intégralité.

Comme les commentaires, les réponses sont toujours précédées de la photo de profil et du pseudonyme de leur rédacteur. Il est possible de poster des images, des vidéos ou des liens en réponse. Il est également possible de liker une réponse.

Les publications sont donc des traces numériques voulues ou consenties, en cela elles se différencient d’autres dispositifs du site, notamment les icônes de jeu et de présence qui s’affichent automatiquement et peuvent donner des informations sur un utilisateur sans qu’il en ait conscience.

Depuis quelques mois Facebook développe un nouveau type de publication dont j’ai rapidement parlé au sujet de la fête des amis et sur lequel je reviendrai plus longuement bientôt. Il s’agit de publications « clés en main », Facebook raconte quelque chose sur l’utilisateur aux membres de son réseau. L’inédit là-dedans ce n’est pas tant que le site prenne la parole, on l’a vu il est déjà partie prenante de nombreuses interactions, mais qu’il se substitue à ses membres pour s’exprimer à la première personne. Autre chose intéressante dans ces « publications » c’est leur mode de publication justement : elles ne sont visibles que de l’utilisateur concerné jusqu’à ce que celui-ci décide de les faire apparaître, en endossant le « je » et la position de sujet publiant.

Il existe également un dernier type de publication auquel j’aimerai consacrer un article dans ce blog et que je n’ai pas intégré à la typologie car elle dépasse les limites de Facebook et n’est pas forcément détectable ou traçable comme la publication partagée. Il s’agit des publications multisites, en particulier celles connectant deux (ou plus) réseaux sociaux numériques, comme on le voit souvent sur Facebook et Twitter.

[1] Ce degré est indiqué par l’icône «  » (amis) ou « » (publique)

Pour citer ce billet : Emerit-Bibié L., 07 octobre 2016, “Fiche technique d’une publication Facebook“, Mémo numérique(s) [Carnet de recherche], http://memo.hypotheses.org/183, consulté le…


Laetitia Emerit

Docteure en linguistique mes recherches portent sur la description du discours numérique tel qu’il apparaît dans les réseaux sociaux numériques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *