Le corpus idionumérique

Travailler sur la représentation arborescente du corpus et sur la notion de lieu de corpus m’a amené à observer plus attentivement un phénomène que je n’avais jusque-là pas réellement pris en compte. Lorsque l’on prend pour terrain de recherche les environnements numériques on a conscience, de façon plus ou moins élevée, de la nature aléatoire de la présentation des données, voire des données elles-mêmes. On sait bien, par exemple, qu’un utilisateur ne verra pas les mêmes éléments s’afficher s’il consulte Facebook à partir d’un ordinateur fixe ou s’il le fait via l’application de son téléphone mobile.

En constituant mon « lieu de corpus » à partir du compte Facebook « Ma Thèse Sdl » j’ai compris que pour accéder à l’ensemble des données de ce lieu de corpus il fallait s’identifier sur le site sous ce profil, puisqu’une partie des configurations sémiotiques ainsi que l’affichage du contenu sur le site sont personnalisés.

Sur Facebook chaque locuteur reçoit un contenu différent sur sa timeline[1]. Celle-ci est composée de publications qui sont produites et reçues dans le microenvironnement auquel appartient le compte de chaque utilisateur à un moment donné[2].

Le contenu est personnalisé automatiquement par un algorithme qui sélectionne les messages à afficher en priorité. Cet algorithme est alimenté par les traces numériques de l’utilisateur sur le site comme le nombre de clics, de likes ou de commentaires. Les icônes signalant les activités des membres de la liste d’amis (connexion au chat, brèves actualités) sont également différentes en fonction du moment auquel ils sont consultés. Mais le locuteur peut également agir lui-même sur cette personnalisation en demandant par exemple à ne plus afficher les publications provenant de certains des membres de sa liste d’amis. L’intégration de publicités, de publications sponsorisées[3] ou de suggestions peut également contribuer à générer un contenu unique et éphémère.

timeline_1

Illustration 1: Deux timelines sur Facebook

Dans l’illustration ci-dessus on voit deux timelines, celle de « Ma Thèse Sdl » à gauche et la mienne à droite, capturées le même jour[4]. Trois publications sur quatre sont identiques ; pourtant, leur répartition est différente et le contenu dans son ensemble change.  On voit également que l’environnement de la timeline est différent en fonction du paramétrage de l’utilisateur qui le regarde.

Les éléments du profil et les raccourcis du bandeau droit peuvent être réorganisés par les utilisateurs. En répondant aux questionnaires proposés régulièrement par le site, ils peuvent également participer à la personnalisation de leur contenu. Sur d’autres réseaux sociaux numériques (c’est le cas de Twitter) il est possible de pousser plus loin la personnalisation en choisissant les couleurs du tableau de bord par exemple.

Finalement on peut dire que le compte avec lequel on accède à du contenu détermine à la fois la nature de ce contenu mais également sa présentation. Le moment dans lequel on accède à un contenu est également déterminant puisque toutes ces données sont renouvelées à chaque connexion et alimentées (à la fois en contenu mais aussi en priorité d’affichage) par les actions de l’utilisateur et des membres de son réseau.

Pour résumer on pourrait dire que la configuration générale et les paramétrages particuliers d’un site de réseau social comme Facebook entrainent une personnalisation très importante du contenu proposé aux locuteurs. Cette individualisation peut être le fait de l’utilisateur et/ou du site elle peut être conditionnées par des paramètres numériques[5] et/ou technologiques[6].

Cette forte personnalisation a peut-être un rôle dans la construction du discours même s’il semble complexe de le mesurer. Elle modifie les contextes de rédaction et de réception des publications sur les RSN[7] et à ce titre elle doit être prise en compte et apparaitre, ne serait-ce qu’en creux, lors de la présentation de données numériques. Il me semble même qu’elles font partie des corpus, bien qu’elles ne soient jamais mentionnées.

Ce niveau de corpus, s’il a une représentation numérique, reste propre à chaque locuteur. Il est constitué de l’environnement sémiotique, en ligne et hors ligne, numérique et technologique, qui apparait au locuteur lorsqu’il produit une publication ou lorsqu’il la reçoit. C’est la raison pour laquelle je propose le terme de « corpus idionumérique » pour référer à ces données inaccessibles mais omniprésentes.

On peut relier la notion de corpus idionumérique à celle de « contextualisation technorelationnelle »  (Paveau 2013). Le discours dans les réseaux sociaux numériques est dépendant de la médiation technologique et du réseau de relations dans lequel il est produit et reçu. Cette notion de contexte technorelationnel s’applique tout particulièrement aux réseaux sociaux sur lesquels le contexte de production et de réception du discours est différent en fonction de la timeline. Tandis que sur des sites internet ou sur des blogs le contexte de réception peut être le même pour tous les récepteurs.

Si ce niveau n’est pas accessible pour l’analyse il me semble important de signaler son existence, avant peut-être, un jour, de parvenir à l’atteindre.

[1] Il s’agit d’une page d’accueil sur laquelle apparaissent, dans l’ordre antéchronologique, les messages publiés par les « amis » de l’utilisateur.

[2] Cette précision est nécessaire puisque les constituants de cet environnement sont en évolution permanente (ajout ou retrait de contact à la liste d’amis notamment).

[3] Ou « mises en avant » pour reprendre le métadiscours de Facebook.

[4] Le 12 juin 2015.

[5] Affichage des données, mise en avant de publicités, etc.

[6] Accès au site par une application ou par le web.

[7] Réseaux sociaux numériques.

Pour citer ce billet : Emerit-Bibié L., 10 mars 2016, « Le corpus idionumérique« , Mémo numérique(s) [Carnet de recherche], https://memo.hypotheses.org/136, consulté le…


Laetitia Emerit

Docteure en linguistique mes recherches portent sur la description du discours numérique tel qu’il apparaît dans les réseaux sociaux numériques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *