La vie après la thèse…

oiseauxo

Pour ce premier billet je voulais commencer par quelque chose d’un peu personnel, c’est aussi l’occasion de faire un bilan de ma situation. Écrire les choses pour les (re)définir, prendre un peu de recul sur la position étrange de jeune docteure lâchée dans la nature.

La rédaction de la thèse est une course de fond, longue, éreintante (surtout quand on la cumule avec un job de maman), exaltante aussi, et surtout balisée. Il y a un commencement, des étapes intermédiaires (innombrables) et un objectif : la soutenance. Pendant des mois ou des années on multiplie les sacrifices (à commencer par la vie sociale), on sort ses tripes, on met tout ce qu’on a sur la table, tout ça avec un seul objectif en tête : la soutenance.

Dans mon cas l’enjeu de la soutenance était réellement décisif. J’ai eu la chance d’avoir un jury constitué de personnes que j’admire, de vraies spécialistes de mon sujet et dans le jugement desquelles j’ai pleinement confiance. Bref, le jury idéal. Mais quelle pression également ! J’ai vécu ma soutenance comme un saut de l’ange, dont l’issue devait déterminer une partie de mon avenir : est-ce que mon travail mérite que je persévère dans cet environnement précaire qu’est la recherche avant d’avoir décroché un poste ?

Parce qu’au-delà de mon amour de la linguistique et du fait que je n’ai jamais rien voulu faire d’autre de ma vie professionnelle aussi loin que je m’en souvienne, il y a quand même la question de la vie (survie ?) quotidienne. Il faut bien manger ma bonne dame et ce ne sont sans doute pas les 96 heures de vacations annuelles qui vont faire bouillir la marmite.

Dans un tel état d’esprit impossible d’imaginer la vie après la thèse avant d’avoir soutenu. Et pourtant j’y suis. Expulsée du nid douillet du doctorat et tentant fébrilement de battre des ailes dans le vide.

J’avais bien envisagé de passer la qualification en décembre (donc dans les semaines suivant ma soutenance) mais de sages conseillères, le genre d’ange gardien qui empêchent les oisillons de s’écraser lamentablement au pied de l’arbre, m’ont dit de prendre mon temps. La qualification pour l’an prochain, donc, et en attendant un an devant moi pour remplir mon dossier et avoir une chance d’être reçue. Sages conseillères et sage conseil.

Oui mais moi, dans tout ça, je fais quoi de cette liberté ?! Après trois ans de contrat doctoral rythmé par des rendez-vous et des échanges de mails réguliers avec mon DR, des dead-lines (impossibles à tenir) pour les rendus de chapitres, de parties, d’articles, de formulaires administratifs ; après tout ça donc, la liberté post-soutenance ressemble à un immense chaos.

Ce chaos est constitué de la matière qui doit remplir mon dossier pour la qualification c’est-à-dire des articles à préparer, des cours à trouver et à donner, des colloques auxquels participer. Cette matière nourrit également ma recherche mais n’est pas suffisante, j’ai besoin d’un palliatif à la thèse, d’un fil conducteur : d’un exutoire pour mes recherches. Quelque chose qui relie toutes ces matières dans un ensemble exigeant, cohérent et qui me donne un rythme.

Un blog ? Mais oui, un blog ! Ce blog, ce Mémo que j’ai rêvé d’ouvrir durant mon doctorat et que je vais enfin avoir le temps de gérer et d’alimenter. La vie après la thèse pour moi ce sera le blog, c’est décidé !


Laetitia Emerit

Docteure en linguistique mes recherches portent sur la description du discours numérique tel qu'il apparaît dans les réseaux sociaux numériques.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. imen manel dit :

    D’abord je tiens à vous féliciter pour votre soutenance et vous souhaiter beaucoup de courage et de succès pour l’après thèse. Je vous remercie de partager votre expérience ainsi, elle nous rassure et nous ramène de la sérénité dans notre combat de thésard.
    Tous mes encouragements pour le blog.

    • Laetitia Emerit dit :

      Merci, je suis touchée que cet article ait pu vous apporter un peu de réconfort, c’est une bonne raison de continuer ! Bon courage pour votre thèse, et merci pour vos encouragements =)

  2. Hasna Seb dit :

    Toutes mes félicitations pour votre nouveau diplôme. J’apprécie votre façon de faire (j’ai pris le temps de consulter votre page Facebook « Ma thèse SDL ») et ce serait avec plaisir que je lirai votre thèse si vous comptez la publier, d’autant plus que mon projet de thèse s’inscrit également dans le cadre d’un corpus numérique, Facebook. Je vous remercie de partager votre expérience de thésarde avec nous et vous souhaite beaucoup de succès pour vos prochains travaux de recherche.
    Bonne continuation.

    • Laetitia Emerit dit :

      Merci beaucoup, ma thèse sera consultable sous peu sur le site Thèses.fr. C’est super que vous ayez choisi Facebook comme terrain ! Il y a beaucoup à dire, et nous sommes encore trop peu de linguistes à nous y intéresser, si je peux vous aider n’hésitez pas à me contacter par mail =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *