Mythologies du darknet_1_Définitions

 

J’aimerai m’intéresser au discours numérique qui apparaît dans les lieux « invisibles[1] » du net. En commençant par les mythologies du darknet pour reprendre le titre d’une émission de France Culture sur le sujet. Je le ferai sous la forme d’une série de billets, de notes (ou de mémos ?), qui seront autant des outils de travail qu’une tentative de définition du sujet. Je démarre cette thématique en tant que néophyte, les commentaires, suggestions et conseils sont donc les très bienvenus.

 

Pour commencer par le commencement je dois éclaircir une question de terminologie. Comment appeler ces environnements numériques ? J’ai envie spontanément de parler de « deep web » car ce terme me paraît plus neutre que « darknet » ou le plus récent « dark web ». Mais déjà je sens poindre le contresens… Est-ce qu’il s’agit réellement de synonymes ? Qu’est ce qui différencient ces objets d’Internet ou du web ? D’ailleurs qu’est-ce qui différencie Internet et le web ?

Plus je tente de comprendre ce qu’est le deep web (essentiellement en faisant des recherches sur Google pour l’instant), plus j’ai l’impression que je ne sais pas ce qu’est le web… Heureusement Wikipédia est là ! Voici donc, comme point de départ à cette première série thématique sur le deep web quelques définitions de la terminologie foisonnante qui entoure ces notions[2] :

Internet, Dark Net, Web, Dark web, Web profond, Deep web, Freenet, Hidden web, Web invisible, web opaque, Tor, web surfacique.

 

Internet

« Internet est le réseau informatique mondial accessible au public. C’est un réseau de réseaux, sans centre névralgique, composé de millions de réseaux aussi bien publics que privés, universitaires, commerciaux et gouvernementaux, eux-mêmes regroupés en réseaux autonomes (il y en avait 47 000 en 2014). L’information est transmise par internet grâce à un ensemble standardisé de protocoles de transfert de données, qui permet l’élaboration d’applications et de services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée, le pair-à-pair et le World Wide Web. »

 

World Wide Web

« Le World Wide Web (WWW), littéralement la « toile (d’araignée) mondiale », communément appelé le Web, et parfois la Toile, est un système hypertexte public fonctionnant sur Internet. Le Web permet de consulter, avec un navigateur, des pages accessibles sur des sites. L’image de la toile d’araignée vient des hyperliens qui lient les pages web entre elles.

Le Web n’est qu’une des applications d’Internet ; distincte d’autres applications comme le courrier électronique, la messagerie instantanée, et le partage de fichiers en pair à pair.»

 

Web surfacique/ Clear web

« Le Web surfacique (ou visible, ou indexable) est la partie du World Wide Web qui est accessible en ligne et indexable par les robots d’indexation des moteurs de recherche généralistes (Google, Yahoo!, Exalead, etc.). Le fait qu’une page soit indexable n’induit pas forcément qu’elle a été indexée. L’indexation du Web demande en effet des quantités énormes de ressources matérielles. Le Web profond est souvent opposé à Web surfacique. »

 

Dark web / Web profond / Deep web / Hidden web / Web invisible

« Le web profond, appelé aussi web invisible ou web caché (en anglais Deep web) désigne la partie de la Toile accessible en ligne, mais non indexée par les moteurs de recherche classiques généralistes (certains moteurs, tels que BASE, prennent en compte cette partie du réseau). Cette terminologie oppose « web profond » à web surfacique. Le deep web représenterait 96 % de l’intégralité du web. »

 

Web opaque

« Une partie très importante du web est théoriquement indexable, mais non indexée de fait par les moteurs. Certains auteurs parlent dans ce cas, pour le web non profond et non indexé, de
« web opaque » (opaque web) ou de « web presque visible » (nearly visible web). »

 

Dark Net

« Un darknet est un réseau superposé (ou réseau overlay) qui utilise des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymisation. Certains se limitent à l’échange de fichiers comme RetroShare, d’autres permettent la construction d’un écosystème anonyme complet (web, blog, mail, irc) comme Freenet. »

 

Freenet

« Freenet est un réseau informatique anonyme et distribué construit sur l’Internet. Il vise à permettre une liberté d’expression et d’information totale fondée sur la sécurité de l’anonymat, et permet donc à chacun de lire comme de publier du contenu. Il offre la plupart des services actuels d’Internet (courriel, Web, forums, etc.). »

 

Tor

« Tor est un réseau informatique superposé mondial et décentralisé. Il se compose d’un certain nombre de serveurs, appelés nœuds du réseau et dont la liste est publique. Ce réseau permet d’anonymiser l’origine de connexions TCP. Cela peut entre autres servir à anonymiser la source d’une session de navigation Web ou de messagerie instantanée. Cependant, l’anonymisation du flux n’est pas suffisante, car l’application peut potentiellement transmettre des informations annexes permettant d’identifier la personne : c’est pourquoi le projet Tor développe également un navigateur Web basé sur Firefox, Tor Browser. »

 

 

Rassembler ces définitions donne une idée un peu plus claire de ces termes qui sont souvent utilisés les uns pour les autres mais ne renvoient pas (tous) au même objet. Je me rends compte que ce que j’appelle « lieux invisibles du net » dépend essentiellement de l’endroit depuis lequel on observe. Le deep web n’est invisible que depuis les moteurs de recherches classiques généralistes, pour autant comment les contourner ?

Parmi toutes les questions qui se posent j’aimerai commencer par répertorier les discours sur le deep web/darknet[3] : que lit-on sur le clear web à propos du deep web/darknet ? Que lit-on sur le darknet à propos du deep web/darknet ?  Au-delà des définitions de Wikipédia quelles sont les mythologies véhiculées par ces notions et quels types de discours les portent ?

 

 

 

 

 

 

[1] Principalement « invisibles » pour Google et Facebook.

[2] Toutes les définitions ci-après sont des citations de Wikipédia consulté le 11/10/16.

[3] Je garde ces termes pour l’instant même s’ils sont imparfaits, en attendant de trouver mieux.


Laetitia Emerit

Docteure en linguistique mes recherches portent sur la description du discours numérique tel qu'il apparaît dans les réseaux sociaux numériques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *