Pourquoi je m’intéresse (encore) à Facebook ?

J’ai besoin aujourd’hui de faire un petit point sur mes motivations à persister dans la description des phénomènes technolangagiers qui apparaissent sur Facebook. On pourrait me dire (en fait on me l’a déjà dit), qu’utiliser Facebook pour illustrer mes travaux est réducteur. Le risque étant de s’étendre sur la description technique du site sans parvenir à une théorisation généralisable à d’autres environnements.

On m’a fait ce reproche plusieurs fois et j’entends bien derrière ce discours une certaine lassitude provoquée par la présentation détaillée (et un peu fastidieuse je l’avoue) du fonctionnement technologique et des affordances de cet environnement numérique. Mais j’entends également que finalement tout se vaut dans le numérique et que pour être pertinent il faut pouvoir décrire le discours numérique tel qu’il existe en tant qu’unité. Il y aurait le discours écrit d’une part, le discours oral d’autre part et enfin le discours numérique, qu’il faudrait considérer comme un tout et analyser en bloc. J’entends également une certaine idée de la « rentabilisation » des recherches. Il faudrait pouvoir réutiliser directement l’analyse proposée sur un corpus pour la plaquer sur un autre, il faudrait que lesdits corpus soient gros, investigables et surtout représentatifs.

C’est une utopie de penser que des environnements aussi différents que Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest ou Périscope peuvent accueillir un type de discours unique. Les différences, les particularités et l’existence même de ces discours sont conditionnées par la technologie dont ils sont en partie constitués et des affordances qu’elle permet. Avant de pouvoir proposer une vue plus générale de ces discours il va donc falloir être capable de décrire les différences et les particularités qui les distinguent ou les rassemblent. Pour cela il me semble, en tout cas c’est la voie que j’ai choisie, qu’il est raisonnable de travailler à « petite » échelle (si on peut considérer Facebook comme une petite échelle). C’est en devenant expert d’un environnement que l’on peut s’ouvrir aux autres et acquérir une connaissance contrastive des discours numériques.

Je travaille sur Facebook parce que je connais Facebook. Je connais Facebook parce que j’ai passé trois ans de doctorat à l’étudier d’un point de vue linguistique ET parce que je l’utilise de façon personnelle. Je connais Facebook parce que je suis compétente dans ce réseau social. Cette connaissance/compétence du site me permet de pouvoir pousser mes observations bien plus loin que je ne le ferai sur les autres environnements numériques que je maîtrise moins bien.

Alors oui, je crois que la description des technologies discursives appartenant à des microphénomènes est primordiale pour espérer saisir un jour la diversité des discours numériques. Et oui, je compte continuer autant que nécessaire à m’appuyer sur ma connaissance/compétence de Facebook pour développer mes recherches dans ce sens. Ce qui n’empêche pas de faire des liens, des connexions avec ce que d’autres (plus compétents que moi) peuvent décrire sur d’autres microphénomènes apparaissant dans d’autres environnements. Il me semble qu’en mutualisant ces « petites » recherches on peut déjà commencer à saisir la diversité des discours numériques.

Finalement j’ai la sensation de me retrouver face à un mythe tenace en linguistique : celui de la représentativité. Cette représentativité qui permet de généraliser, d’objectiver et finalement de faire science. Or, en tant que linguiste, je voudrai militer pour mon propre droit à la non représentativité. Je choisi de m’intéresser au discours sur la simple base de son existence. De quoi ou de qui les échantillons de discours numériques pourraient-ils bien être représentatifs ? Comment jauger cette représentativité ? Le pseudonymat en vigueur en ligne ne permet pas de proposer une recherche représentative socialement parlant, d’ailleurs on pourrait s’interroger sur la pertinence de faire entrer des discours dans une case qui n’existe pas dans leur paradigme. Je prends volontairement ici une posture provocatrice un peu caricaturale mais elle répond à ma propre lassitude face à ces non-dits dépréciatifs concernant mon approche du discours numérique.

On pourra trouver ce « manifeste pour la dentelle numérique » un peu trop vindicatif, un peu trop sortie de thèse ou même un peu trop naïf. Pourtant à force d’entendre (ou de lire) cette critique du « c’est bien mais bon, faut arrêter de nous décrire FB on s’en fout » je me suis sentie obligée d’en passer par une certaine justification. En tout cas sur ce carnet qui en effet tourne énormément (pour l’instant) autour des problématiques de ma thèse et donc de Facebook, je voulais exprimer comme un choix conscient cette focalisation.

Et vu la forme de ce billet je terminerai par un peu d’autodérision en disant, selon la formule consacrée : Like si tu es d’accord, Partage si tu soutiens… Comprenne qui pourra ^^


Laetitia Emerit

Docteure en linguistique mes recherches portent sur la description du discours numérique tel qu'il apparaît dans les réseaux sociaux numériques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *