Identité numérique et commentaire public

 

J’ai construit ce billet en me basant sur la communication proposée pour le colloque Médias numériques et communication Électronique qui s’est déroulé au Havre du 1er au 3 juin 2016. Il s’agit d’un travail à quatre mains que j’ai réalisé avec Jan Lazar de l’université d’Ostrava pour lequel nous avons étudié deux corpus en parallèle : l’un tchèque et l’autre français.

Je voudrais d’abord revenir brièvement sur cette notion d’identité numérique que j’utilise ici comme un archiconcept qui réunirait « toutes les facettes de l’identité numérique d’un individu » y compris celle à laquelle je m’intéresserai plus spécifiquement aujourd’hui et qui est le pseudonyme.

J’insiste sur ce terme de pseudonyme qui renvoi au processus d’autonomination qui est la règle dans les environnements numériques. Marie-Anne Paveau (2012) parle d’ailleurs du « règne du pseudonymat » pour renvoyer à cet état de fait et le différencier de celui de l’anonymat avec lequel il est souvent confondu.

Même si, j’y viendrai, le pseudonyme est susceptible de reprendre tout ou partie des données relevant de l’identité « civile », il n’en reste pas moins le fruit d’une construction de l’identité par les internautes en réponses aux injonctions d’identification de l’écosystème numérique.

Je me focaliserai ici sur un aspect particulier de la construction identitaire : le degré de dévoilement de l’identité civile dans le pseudonyme. Cette focalisation correspond à une spécificité des corpus réunis sur les sites de presse en ligne qui compte un grand nombre de pseudonymes correspondant à des patronymes. Il s’agit également de questionner ce rapport entre identité et patronyme dans un contexte de commentaire public.

Présentation de la méthodologie et du protocole de collecte des données

Pour travailler sur des données comparables nous avons défini, dans un premier temps, des cadres sociolinguistiques et technolinguistiques communs.

 Cadre socioling

Nous avons choisi la thématique des vœux présidentiels car il s’agit d’un évènement relayé massivement par la presse des deux pays et ce dans une période comparable qui n’induit pas de changements technologiques majeurs.

cadre technoling

Le cadrage technolinguistique (au sens de technologique et linguistique tel que défini par Paveau 2013) renvoie principalement aux types de site et aux modalités mises en place pour accéder au processus de nomination et donc au commentaire. Mais également aux caractéristiques de popularité, d’affiliation politique, type de contenu, etc.).

Dans un second temps nous avons établi un protocole de collecte des données dont les trois temps clés sont :

  • La capture d’écran qui permet de figer les données et de limiter le corpus à un ensemble fini et analysable qui conserve une partie importante de l’environnement numérique.
  • L’inventaire des métadonnées qui permet de situer les éléments extraits dans leur chronologie numérique.
  • Et enfin la grille d’observation en trois volets (article/commentaire/pseudonyme).

 

Présentation et Analyse du corpus Français

Le corpus français a été constitué à partir des sites de l’Express, du Monde et de 20 Minutes. Pourquoi ces sites ? Simplement car il s’agit de sites de presse en lignes gratuits[1]  qui font partie des plus visités[2] par les internautes français Selon l’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM) qui classait en février 2016 : Le Monde 3e, L’Express 9e et 20 Minutes 11e .

20 minutes

Capture d’écran_1 : 20 minutes

Le Monde

Capture d’écran_2 : Le Monde 

L'Express

Capture d’écran_3 : L’Express

On le voit sur les captures d’écran ci-avant, les trois sites offrent des contextes sémiotiques assez différents. Sans entrer dans les détails on peut remarquer notamment :

  • Que 20 minutes ne propose pas d’avatars, c’est-à-dire d’image représentant le locuteur.
  • Que sur les trois sites les pseudonymes sont des technomots, c’est-à-dire des formes cliquables qui renvoient soit à une page personnelle de l’utilisateur (L’Express et Le Monde), soit à une archive de tous les messages postés par l’utilisateur (20 minutes).
  • On peut également remarquer la présence ou l’absence de publicité dans les zones de commentaires.
  • La nomenclature des sites, on le voit est également différente, on a à faire à des « commentaires » pour 20 minutes et L’Express mais à des « réactions » pour Le Monde.
  • Enfin la structure même et le statut des commentaires est sensiblement différente sur les trois sites selon qu’ils choisissent de hiérarchiser les réponses aux commentaires ou de ne pas le faire.

À partir de cette collecte, nous avons tenté de saisir le degré de dévoilement de l’identité des locuteurs au travers de leurs pseudonymes. Pour le corpus francophone cela représente au total 88 pseudonymes analysés.

Malgré une assez grande diversité de formes, il est possible de séparer ces pseudonymes en deux grandes familles en fonction de leurs références. Ils peuvent être construits en référence à des éléments « hors ligne » entrant dans l’identité de leurs créateurs. Par exemple les patronymes complets ou partiels, les références à l’identité sociale (socionymes) et les indices géographiques. Ici les locuteurs se positionnent par rapport à ce que représente leurs identités « hors ligne », c’est déjà une façon de prendre position en affirmant la continuité de ses opinions dans le commentaire public. On voit bien ici qu’on est très loin de l’anonymat.

Ils peuvent également être élaborés par références socioculturelles, qui peuvent marquer l’appartenance à une communauté, avoir un rapport avec l’environnement numérique (site) ou avec l’article commenté. Dans ce second cas de figure les locuteurs se positionnent à l’intérieur de l’interaction et le pseudonyme fait déjà partie de leur discours.

Il n’était pas possible dans le cadre de ce colloque d’aller plus loin dans l’analyse à ce niveau mais c’est une piste que nous souhaitons explorer par la suite. Nous avons dû faire le choix de nous focaliser sur un seul phénomène et nous avons choisi le rapport à l’identité civile qui inclue les patronymes (complets ou partiels) et les références géographiques.

À partir de là nous avons défini les trois catégories suivantes :  pseudonymes à identité révélée, pseudonymes à identité semi-révélée, pseudonymes à identité cachée.

Dans la première catégorie nous avons classé les pseudonymes qui reprennent les patronymes et donc révèlent ce que nous avons appelé « l’identité civile » des internautes. p. ex.  Alain Fauvel, Françoise Picamal ou Richard Opletal,

La deuxième catégorie est constituée des pseudonymes qui révèlent partiellement l’identité civile des internautes. Donc contenant un anthroponyme partiel (p.ex.  Pierre d., Stéphane) ou un indice géographique (p.ex. Kiki49, Lys 33, zorglub92, JBD95).

Enfin nous rangeons dans la troisième catégorie les pseudonymes qui masquent lʼidentité civile des internautes.  Ceux-ci peuvent être formés à lʼaide de jeux de mots (p.ex. max itonni, Bouche Béee) ou dʼénoncés (p.ex. francejustice, onmempechedelouvriri,).

Tableau_1

Tableau_1 : Répartition des pseudonymes dans le corpus

On voit sur le tableau ci-avant la répartition des pseudonymes du corpus suivant ces trois catégories. Je précise qu’il y a deux pseudonymes, « WARHEIT » (L’Express) et « Ulysse » (Le Monde), que j’ai choisi de classer dans deux catégories puisqu’il m’est impossible de déterminer s’il s’agit d’anthroponymes partiels (nom ou prénom) ou de pseudonymes faisant références à des connaissances socioculturelles.

On voit dans ce tableau une répartition différente des pseudonymes en fonction des journaux. Une identité civile majoritairement révélée sur Le Monde avec 43% de patronymes complets et plutôt cachée (67% et 62%) sur L’Express et 20 minutes.

Ces différences peuvent s’expliquer par le fonctionnement technique des sites, Le Monde étant le seul qui demande aux utilisateurs de payer un abonnement pour avoir le droit de commenter les articles. On peut également noter que L’inscription sur le site de l’express ouvre immédiatement un compte sur le réseau social créé par le site (Express yourself), ce qui peut expliquer par exemple la présence d’avatars mais aussi le faible nombre d’interlocuteurs pour un nombre de commentaire équivalent.

Pour citer ce billet : Emerit-Bibié L., 06 juin 2016, « Identité numérique et commentaire public », Mémo numérique(s) [Carnet de recherche], https://memo.hypotheses.org/154, consulté le…

 

Références

CISLARU, Georgeta. Le pseudonyme, nom ou discours ?  Les Carnets du Cediscor, numéro 11. 2009 (page consultée le 23 août 2012). Site des Carnets du Cediscor, [en ligne]. Adresse URL : http://cediscor.revues.org/746,

MARTIN, Marcienne. Le pseudonyme sur Internet, une nomination située au carrefour de l’anonymat et de la sphère privée. Paris : Éditions l’Harmattan, 2006.

MARTIN, Marcienne. Se nommer pour exister : L’exemple du pseudonyme sur l’internet. Paris : Editions l’Harmattan, 2012.

OFFNER, Bernard. Au jardin des pseudonymes. Vie et Langage, numéro 6. 1957, Paris : Larousse.

PAVEAU, Marie-Anne. Les écritures de Protée : identités pseudonymes. La pensée du discours, août 2012 (page consultée le 26 juin 2015). Plateforme Hypothèses, [carnet de recherche]. Adresse URL : http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10057

PAVEAU, Marie-Anne. Pseudonymat. Technologies discursives, août 2015 (page consultée le 22 janvier 2016). Plateforme Hypothèses, [Carnet de recherche]. Adresse URL : http://technodiscours.hypotheses.org/?p=245

PEREA, François. L’identité numérique : de la cité à l’écran. Quelques aspects de la représentation de soi dans l’espace numérique. Les Enjeux de l’information et de la communication, 2010, varia, p. 144-159

SCHMITT, Amandine. Avoir un pseudo sur internet sert-il encore à quelque chose ? L’Obs, 08 août 2013 (page consultée le 3 août 2015) [En ligne]. Adresse URL : http://tempsreel.nouvelobs.com/les-internets/20130726.OBS1203/avoir-un-pseudo-sur-internet-sert-il-encore-a-quelque-chose.html

[1] Ce qui nous a conduit à exclure Le Figaro.fr, 5e dans le classement mais dont l’accès aux commentaires est soumis à l’abonnement.

[2] Selon l’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM) qui classe en février 2016 : Le Monde 3e, L’Express 9e et 20 Minutes 11e sites les plus visités par les français.

Source : http://www.acpm.fr/Chiffres/Le-Numerique/Sites-Web-Fixe/Sites-Web-Fixe-GP visité le 15/03/2016


Laetitia Emerit

Docteure en linguistique mes recherches portent sur la description du discours numérique tel qu'il apparaît dans les réseaux sociaux numériques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *