L’expérience pédagogique…

loupsI

Pour ce deuxième billet de « chroniques » je vais tenter de partager mon expérience, aussi récente que surprenante de l’enseignement à l’Université. Je ne sais pas trop si je dois le situer dans le menu « coups de cœur » ou « coups de gueule », ce qui m’interroge sur la pertinence de ce menu… C’est peut-être un peu trop manichéen comme présentation des choses, non ?

Je ne sais pas non plus s’il est judicieux d’écrire ici sur ce sujet sachant que les élèves qui m’ont subie pourraient le lire et ne pas apprécier mon point de vue sur une expérience qu’ils ont sans doute vécue bien différemment… Si c’est le cas n’hésitez pas à laisser des commentaires, je serais curieuse de connaître votre avis.

Comment tout a commencé

Malgré ces hésitations préliminaires, puisqu’il faut se lancer, je commencerai par avouer qu’au départ j’étais tiède. Oui, tiède. Du genre à penser que l’enseignement était un mal nécessaire à la recherche, au moins dans mon cas puisque je n’étais pas née avec la Vocation Absolue de Transmettre (désormais VAT). Je respecte le métier d’enseignant, j’ai même eu la chance d’en croiser des vraiment très bons. Mais je ne me suis jamais sentie l’âme d’une guide mystique prête à déployer tous les trésors de son imagination pour emmener ses élèves vers l’illumination de la connaissance : la VAT quoi.

Les circonvolutions de mon parcours estudianto-professionnel, ajoutées aux 500 km qui me séparaient de mon université de rattachement durant mon contrat doctoral, m’ont permis de repousser pendant longtemps la question de l’enseignement. Alors quand mon directeur de thèse m’a proposé une vacation en C2i avec l’argument « vous n’avez aucun enseignement universitaire sur votre CV » la vérité toute nue m’est tombée dessus.

Oui je suis une étudiante en dernière année de thèse, oui je soutiens dans 6 mois, non, je n’ai jamais enseigné à l’université. Aïe. La honte. Le stress. Et tout à coup de réaliser que je n’aurai jamais la qualification sans pouvoir justifier d’une charge d’enseignement. Sans compter que ce métier dont je compte faire ma vie, enseignant-chercheur, c’est aussi, et parfois essentiellement, de l’enseignement : « Non mais allô quoi ?! tu veux être enseignant chercheur et t’as jamais testé l’enseignement ?! » (oui, je plagie Nabila), (oui, c’est le moment culturel du blog), (j’en connais qui citent Callogéro en colloque et qui ont des postes alors je fais ce que je veux), (même des parenthèses interminables si j’ai envie).

Finalement il a bien fallu que je me rende à la raison : je devais accepter cette vacation. Et cela même si elle ne tombait pas franchement au meilleur moment puisque les cours devaient avoir lieu à Bordeaux durant le mois de Novembre à la fin duquel je soutenais ma thèse.

La phase préparatoire

Par respect pour les potentiels lecteurs de ce blog, je vais passer les rebondissements administratifs qui m’ont tenu en haleine entre juin et novembre… J’ai peur qu’on classe directement ce billet dans le #GorafiESR. Or donc je me suis plongée consciencieusement dans la préparation de cours de préparation au C2i pour les élèves de L1 en Sciences du Langage. Je dis bien consciencieusement car étant assez persuadée d’être assez peu douée pour l’enseignement je voulais éviter que les élèves en paient les frais.

Plusieurs choses m’ont permis de faire baisser la pression :

  1. Il s’agissait d’un cours facultatif proposé par l’université pour appuyer un enseignement en autonomie des étudiants. Donc je n’avais que deux séances de deux heures chacune avec chaque groupe à préparer.
  2. Comme le sujet du cours était de préparer les étudiants au C2i il fallait qu’il soit donné en salle informatique ce qui limitait le nombre d’étudiants par session à 20. Très confortable pour un premier cours et beaucoup moins impressionnant qu’un CM en amphi.
  3. Il existe quand même beaucoup de choses un peu « fun » en rapport avec le C2i que l’on peut proposer aux étudiants pour rendre le cours plus dynamique.
  4. Ma mère, qui n’arrêtait pas de me répéter « moi j’ai toujours pensé que tu étais faite pour ça ». Si vous ne connaissez pas ma mère, elle aurait fait un très bon coach sportif, sa mauvaise foi inébranlable pourrait convaincre un caillou qu’il peut nager (si elle y croit vous finirez par le croire).

J’ai donc non seulement fini par me faire une raison mais aussi par me dire que finalement ça pourrait même être sympa.

L’épreuve du feu : le premier cours

C’était un jeudi, il était 15h30, j’étais à peu près persuadée qu’aucun étudiant de première année ne viendrait passer son jeudi après-midi à un cours facultatif de préparation au C2i. Je me suis arrêtée de compter à 15 étudiants, en avance, sagement alignés dans le couloir, comme quoi tout le monde peut se tromper.

Tout le monde s’installe dans la salle, les premiers « bonjour madame » raisonnent étrangement à mon oreille. Heureusement les aléas du démarrage des ordinateurs m’offrent une bonne dizaine de minutes pour briser la glace avec les étudiants en accusant ces satanées machines de turpitudes (ah ah ah : rires de l’assemblée).

Puis le cours a vraiment commencé avec une série de questions posées aux étudiants pour évaluer leur niveau et déterminer avec eux sur quels aspects insister durant les séances. Après la deuxième j’ai finalement décidé d’abréger cette partie pour remettre l’autonomie et la construction collective des apprentissages à leur place : la boite à utopie.

La séance s’est finalement déroulée sans problèmes particuliers. Elle se partageait entre des exercices de pratique des outils de bureautique et un petit point théorique qui pouvait être noté pour être reporté plus tard dans un cahier à paillettes et agrémenté de petites gommettes en formes d’étoiles.

Et puis la séance s’est répétée. Et puis elle s’est répétée. Et puis elle s’est re-répétée… 8 fois en tout pour la première séance et 8 fois pour la seconde. Évidemment chaque groupe avançait à un rythme légèrement différent, les personnalités des étudiants et l’heure du cours pouvaient totalement en modifier l’ambiance, blablabla. Mais globalement cette répétition, alors que je l’envisageais comme un facteur de lassitude, m’a permis de m’améliorer, de m’adapter aux attentes des étudiants, et d’être de plus en plus à l’aise.

Forcément le dernier cours est arrivé et m’a trouvé à la fois soulagée et presque émue… On était à une semaine de ma soutenance, mine de rien j’avais donné beaucoup de moi-même dans ces cours et je m’étais investie plus que je ne m’en sentais capable. Et paf. C’était déjà fini.

L’évaluation

Déjà fini ? Non, en fait pas tout à fait. La semaine suivant ma soutenance j’ai découvert que je devais venir assurer moi-même le partiel, mi-janvier. Je me doutais bien que je devrais proposer des énoncés, je ne suis pas si naïve, mais je pensais vraiment que c’était comme au lycée pendant les DT, qu’il y avait des surveillants embauchés pour surveiller les épreuves quoi… Et bien non ! Et ça m’apprendra à ne pas lire les contrats que je signe puisqu’il est bien précisé que le vacataire s’engage à assurer la surveillance et les modalités d’examen, ainsi que leur correction, sans que cela n’engage l’Université à lui verser un salaire supplémentaire. Non, parce que surveiller des partiels c’est un peu comme une journée de vacances pour sadique, un moment fun pour tout enseignant qui se respecte, donc.

Dans mon cas il a fallu que je parte de chez moi (à Lyon, rappelons-le) à 4h15 du matin afin de déposer ma voiture dans un parking proche de l’aéroport à 5h, de prendre la navette dudit parking à 5h30 et finalement monter dans mon avion à 7h. Arrivée à Bordeaux à 8h10, récupérée par ma sainte sœur qui a renoncé pour moi à sa matinée de repos à 8h15, faire une blague à ma mère en l’appelant pour lui dire que personne n’était venu me chercher à 8h30, boire un café et papoter jusqu’à 9h30. Pause nécessaire pour ensuite me faire déposer à la fac à 9h40, aller chercher les clés de la salle, trouver le bureau de logistique fermé, faire une crise d’angoisse et finalement trouver un moyen d’entrer à 9h55.

Après quoi j’ai pu accueillir sereinement les premiers étudiants à 10h et me remercier intérieurement d’avoir laissé une marge de 15 minutes entre chaque groupe afin d’éponger les retards pris lors des successives mises à jour des ordinateurs. Finalement cette journée bien rythmée (et mon niveau élevé de fatigue) m’a évité de trop m’interroger sur la pertinence de mon sujet de partiel. Rentrée chez moi à 23h45 je me suis endormie du sommeil du juste avec le sentiment du devoir accompli.

La correction

Je ressentais un mélange de hâte et d’appréhension face à l’immensité de la tâche que représentait la correction des copies. D’une part j’avais vraiment peur d’avoir proposé des sujets trop faciles. La plupart des étudiants avaient l’air très sereins en sortant de l’épreuve, c’était louche. D’autre part il y avait beaucoup, beaucoup de documents à corriger. Cela peut sembler risible pour les enseignants avertis mais pour moi qui n’avais jamais été confrontée à l’expérience de la correction, je me suis maudite d’avoir demandé trois documents séparés.

J’ai donc laissé passer quelques jours afin de gravir la montagne la tête froide et le corps reposé. J’avais préparé un barème qui me semblait équitable et reposait sur la réalisation d’objectifs précis qui rapportaient chacun un certain nombre de points. Pas de place donc pour l’interprétation artistique dans la correction.

Et puis j’ai sauté le pas, j’ai regroupé mes centaines de documents dans des fichiers sur ma dropbox et j’ai entamé la correction. Forcément il y avait de très bonnes choses, des très mauvaises aussi, et puis il y a toutes ces erreurs quasi collectives qui m’ont fait reprendre mes sujets pour vérifier que je n’avais rien oublié dans la consigne.

Souvent je me suis dit qu’en demandant des choses simples j’avais trompé sans le vouloir les étudiants qui n’ont pas saisi qu’à sujet facile on applique forcément une notation plus exigeante. Une seule copie m’a fait rire au point de me donner envie d’ajouter des points de style à l’étudiant qui l’avait rendu pour le féliciter de son culot. Plusieurs fois je me suis énervée d’erreurs d’inattentions sur des copies dans lesquelles je sentais que les étudiants s’étaient pourtant appliqués. Bref, un vrai roman feuilleton la correction des copies ! Ce que j’ai le plus regretté c’est de ne pas avoir l’occasion de revoir les étudiants pour leur faire un retour et avoir également leur point de vue.

La désillusion (ou la grogne populaire)

Mais je ne savais pas encore que j’allais avoir leur point de vue assez rapidement et sous une forme plutôt virulente. De mon côté l’aventure était terminée, les notes rendues et plutôt encourageante puisque la moyenne générale était au-dessus de 10.

Je ne me doutais pas que ma stratégie qui était de proposer des sujets à la portée de tous et de les noter de façon plutôt exigeante, allait se retourner contre moi quand les étudiants assez satisfaits de leurs copies recevraient des notes qu’ils jugeraient décevantes. Mails affolés, messages sur les forums de l’Université, plaintes auprès des secrétaires et de la direction du département. Le grand chambardement. De mon côté j’ai d’abord été très étonnée, surtout que la moyenne générale de ma matière était une des plus élevée, et puis en réfléchissant j’ai compris qu’ils avaient vécu le décalage entre leur ressenti et leur note comme une injustice.

Peut-être que si j’avais été à leur place, évaluée dans une matière qui concerne un élément de ma vie quotidienne (la bureautique), assez confiante sur un partiel que j’aurai eu le sentiment de globalement maîtriser, j’aurai également vécu une note moyenne ou mauvaise comme une injustice. Mais si j’avais proposé un partiel très complexe qui n’aurait été réalisable que par les meilleurs éléments et qui aurait plongé tous les autres dans un sentiment d’échec est-ce que ça aurait été mieux ? Sans doute n’auraient-ils pas eu cette impression d’injustice mais peut-être que leur estime personnelle en aurait pris un coup un peu plus rude.

Le bilan

Finalement, malgré les errances administratives, les petites déceptions, les milliers d’ajustements et la masse de travail que ce travail représente, j’ai trouvé ça vraiment super d’enseigner.  Je suis sortie de cette expérience avec une pointe d’excitation et surtout une bonne dose de frustration. Parce que si c’était aussi chouette de donner des cours dans une matière qui n’est pas MA matière alors qu’est-ce que ce doit être quand on transmet quelque chose qui nous passionne ?

J’adorerais pouvoir donner des cours autour de la linguistique numérique, parler du discours en ligne, des réseaux sociaux, du web 2.0 et de l’évolution du langage… On peut toujours rêver ! Des TD de méthodo feraient sans doute mon bonheur aussi, si vous m’entendez ô être suprême de l’administration universitaire et de la répartition des enseignements ce message vous est directement destiné.

Plus sérieusement, j’ai l’impression qu’il en va de la vocation d’enseignant comme de celle de parent, certains ont la VAT dès le départ, ils veulent enseigner, ils ont toujours voulu enseigner et c’est simple. Mais pour d’autres il s’agit de quelque chose d’un peu sacré, d’un peu confus et ils admirent ceux qui ont la VAT mais ne s’en sentent pas investis. Pour ceux-là dont je fais partie l’expérience pédagogique que je viens de décrire m’a montré qu’il était sans doute possible de développer la VAT. Si on ne naît pas enseignant on peut le devenir et c’est sacrément stimulant !


Laetitia Emerit

Docteure en linguistique mes recherches portent sur la description du discours numérique tel qu'il apparaît dans les réseaux sociaux numériques.

3 réponses

  1. Arnaud Hélène dit :

    Bravo 👏 j’ai dégusté tes écrits….retrouvant les aléas, les interrogations, la satisfaction, le doute que j’ai souvent rencontré chez les enseignants

    Bravo 👏 réel moment de plaisir à te lire Bravo 👏 le p’tit mot à maman, l’implication familiale qui au Coeur des écrits m’ont amusé
    Enfin bref vrais mots pour un vrai partage

  2. Caroline Vincent dit :

    J’aime beaucoup tes chroniques 🙂

  3. Laetitia Emerit dit :

    Merci à toutes les deux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *