Allons nous fêter la journée des amis sur Facebook ?

Ce matin, jeudi 4 février 2016, en ouvrant Facebook (dans un geste atavique hérité de trois ans de recherches sur ce site) j’ai découvert que c’était la journée des amis. Ou plutôt Facebook me l’a dit en s’adressant directement à moi comme il le fait régulièrement depuis quelques temps au travers d’un genre de « publication fantôme ».

Vous savez ces publications qui arrivent sur le fil d’actualité, qui s’adressent directement au propriétaire du profil et qui ne sont visibles que de lui tant qu’il ne décide pas de les publier. Depuis quelques mois déjà Facebook proposait les « souvenirs » sur ce modèle. Je dis publications fantômes mais on devrait plutôt dire « proto-publications » ou « suggestions de publications » ou encore « kit de publication à monter soi-même ».

Voilà à quoi cela ressemble :

JDA

Capture d’écran 1 : proposition de publication Facebook

Toujours est-il que j’ai été un peu étonnée par cette démarche du site, surtout en lisant la suite du texte et en découvrant qu’au travers cette célébration de l’amitié c’est le 12e anniversaire du site que l’on fête. Si l’information sur l’anniversaire de Facebook est présente elle n’est pas du tout mise en avant et on peut facilement la manquer en regardant rapidement la publication.

L’accroche « Joyeuse Journée des amis, Laet ! » induit l’existence de cette journée des amis. Or, le 4 février est déjà la journée nationale des DIP et la journée mondiale contre le cancer  mais rien ne mentionne la journée de l’amitié ni la journée des amis pour cette date. En revanche il existerait une journée des meilleurs amis « bestfriend day » autour du 8 juin et une journée des amis  autour du 30 juillet.

Ce qui m’interpelle dans cette première approche (parce qu’il y a mieux quand on clique sur publier) c’est l’utilisation de la notion d’amitié par Facebook. Celle-ci n’est pas vraiment surprenante puisque le site pioche déjà largement dans le champ lexical de la relation amicale pour définir ses membres et les liens qui les unissent. On entre en relation par la « demande d’amitié » puis on s’ajoute dans la « liste d’amis » etc. Facebook fait donc un pas de plus pour se positionner comme le grand pourvoyeur d’amitié en instaurant, en induisant même, la journée des amis le jour de son anniversaire.

Le site possède ici un avantage inédit dans la situation de communication, il donne l’impression de proposer quelque chose mais en réalité c’est lui qui a toutes les cartes en mains. Soit on publie la vidéo et dans ce cas on valide la journée des amis et on devient un petit ambassadeur de l’amitié selon Facebook. Soit on ne la publie pas et on intervient pas dans la situation de communication. Pour communiquer sur Facebook il faut accepter cette « charte tacite de l’amitié » puisque dire non équivaut à une absence de représentation sur le réseau.

Bien sûr il s’agit ici de notes à chaud, de réflexions en cours et sans doute un peu caricaturales. J’ai travaillé pour une communication sur la notion d’amitié Facebook et en interrogeant directement les locuteurs j’ai pu constater qu’ils ne sont pas dupes du glissement sémantique imposé par le site.

Comme je suis curieuse j’ai quand même cliqué sur le bouton « publier » et j’ai été de nouveau surprise par la proposition communicative de Facebook :

JDA_2

Capture d’écran 2 : contexte de rédaction

On passe donc d’une proposition de publication qui célèbre l’amitié à un contexte de rédaction1 « pré-rempli » par Facebook. Ce qui est encore plus étonnant c’est que Facebook emploi la première personne pour rédiger le message « Regardez ma vidéo de la journée des amis ! » alors qu’il est clair que ce n’est pas Facebook qui sera perçu comme rédacteur mais moi. Le site se substitue donc au locuteur-scripteur, ou plutôt il propose de se substituer à lui car le message est personnalisable. Il est possible d’effacer cette proposition pour rédiger quelque chose de personnel. Dans les cas que j’ai pu observer, les utilisateurs ont tous conservé le texte proposé par Facebook.

Quant à l’utilisation du hashtag « finendsday » j’avoue avoir du mal à en comprendre l’utilité étant donné le peu d’intérêt de cette forme de technodiscours  sur Facebook.

Tout ceci reste pour l’instant à l’état de note, l’objectif est d’entamer une discussion sur un phénomène technolangagier qui m’interpelle. Ce sera sans doute aussi une piste pour développer un article un peu plus construit sur la préconstruction, la place du contexte et la nature technolangagière des énoncés.

Je n’ai pas parlé ici du contenu de la vidéo, qui est en fait un diaporama standardisé (mêmes transitions et même musiques pour tous les utilisateurs) mais je n’exclue pas d’y revenir  un peu plus tard.

Dans tous les cas cette notion d’amitié sur Facebook m’intéresse. À la fois du côté du positionnement du site (moyens employés, part technologique dans la notion d’amitié) que de celui de la sémantique et de l’impact de ce positionnement sur la notion d’amitié.

Pour citer ce billet : Emerit-Bibié L., 4 février 2016, “Allons nous fêter la journée des amis sur Facebook“, Mémo numérique(s) [Carnet de recherche], http://memo.hypotheses.org/113, consulté le…

  1. bientôt sur ce blog une explication sur le rôle du contexte de rédaction dans les environnements numériques []

Laetitia Emerit

Docteure en linguistique mes recherches portent sur la description du discours numérique tel qu'il apparaît dans les réseaux sociaux numériques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *